L’Art des Celtes


 

‘Art Celtique insulaire, longtemps ignoré, a trouvé depuis peu sa place à côté d’autres Arts plus populaires et reconnus.

 

Il a connu son apogée en Irlande du Vème jusqu’au IXème siècle dans les enluminures de manuscrits. 

Les auteurs de ces œuvres exceptionnelles ; copistes, miniaturistes, réfractaires aux influences esthétiques gréco-romaines, magnifièrent une tradition picturale venue des premiers Celtes du continent.

La signification profonde de ces dessins peut parfois nous échapper mais on peut toutefois en retenir les principes rigoureux de construction au-delà de leurs attraits graphiques certains.  Les entrelacs sans fin, par exemple, sont de très anciens symboles d’éternité. 

 

Les Celtes découvrirent très tôt les méthodes de construction de spirales à enroulements multiples et les appliquèrent dans des domaines artistiques variés.

On en retrouve ainsi décorant des stèles funéraires armoricaines datées de l’Âge du Fer. La stèle de Kéralio en Pont-L’Abbé (Pays Bigouden, Finistère) présente une frise d’esses continues sculptée en bas-relief.

 

L’association de trois spirales forme le Triskell symbole des éléments naturels, dans d’autres constructions elles sont assimilées à l’accomplissement de l’Être.

 

Les sept catégories d’Êtres de la Création selon les Celtes ;

  • les plantes (Arbre de Vie),
  • les oiseaux (Messagers Privilégiés),
  • les reptiles (Gardiens des Secrets de la Terre),
  • les animaux, représentés par des Chimères fantastiques,
  • les insectes,
  • les poissons,
  • l’homme ;

s’entrelacent suivant des règles précises et logiques.

 

 
 

 

Ces principes, déroutants au regard des canons de l’art classique, furent pourtant appliqués de manière quasiment immuable pendant de nombreux siècles.

La disposition des différentes parties des plantes, animaux, hommes, au sein d’un entrelacs, se conforme toujours aux lois de la nature quelque soit la complexité de l’enchevêtrement du motif.

 

On peut d’ailleurs en suivre la continuité et remarquer que la régularité du laçage est une constante dans les différentes compositions.